[Interview] Claude Bamberger, nouveau président de l’AIDUCE

L’Association Indépendante Des Utilisateurs de Cigarette Electronique AIDUCE, a pour but :

– de représenter médiatiquement les consommateurs de la cigarette électronique

– de réaliser des actions auprès des médias, politiques, opinion publique afin de les interpeller

– d’être un soutien juridique aux actions sus citées

– de défendre les droits des consommateurs de la cigarette électronique.

aiduce.png

Tout jeune président de l’Aiduce (bien que précédemment vice-président), Claude Bamberger a gentiment accepté de nous livrer sa perception du rôle passé et futur de l’Association Indépendante des Utilisateurs de Cigarette Electronique. Il dresse ainsi un bilan des actions menées depuis sa création en 2013 qui ont certainement changées le cours de l’histoire de l’e-cigarette dans notre pays. Nous tenons à le remercier chaleureusement d’avoir accepté de se prêter au jeu des questions réponses de manière spontanée et amicale.

Qu’est-ce qui a fondamentalement changé ces dernières années pour l’ecigarette et son marché ?

Nous sommes ravis de voir que des modèles bien plus efficaces, plus pratiques et beaucoup moins onéreux ont vu le jour et permettent de mieux résister aux envies de tabac (craving). Pratiquement tous les matériels grand public récents sont nettement améliorés et nombre des liquides à disposition ont également évolué en ce sens.

Nos relations avec les interlocuteurs professionnels de santé ont également évolué.

Il y a quelques années, ils avaient une vision, un espoir, une conviction parfois, dans la réduction et l’arrêt de la consommation de tabac de leurs patients. Petit à petit, ils sont venus à nous pour nous demander notre expérience, des infos de terrain en somme.

A présent, les nouveaux qui nous contactent sont témoins de la réalisation de cet espoir et nous demandent comment faire pour accompagner au mieux leurs patients.

L’opinion publique a également évolué, en dépit d’un traitement de l’information souvent biaisé et à charge envers la vape.

Mais certains journalistes nous contactent parfois avant même de diffuser les informations pour ne pas subir la levée de boucliers des vapoteurs sur les réseaux sociaux.

Quant à l’évolution du marché en France, la vape a vécu sa première vague, ce que je nomme les  » early adopters « .

Elle entame lentement – beaucoup trop lentement à notre goût – la seconde vague par l’effet d’exemple, par les efforts des vapoteurs, notamment les plus actifs, qu’ils soient citoyens motivés ou professionnels, avec l’appui de très nombreux acteurs de santé.

Quel a été le rôle de l’Aiduce ces 3 dernières années ?

L’Aiduce s’est impliquée à de nombreux niveaux.

Elle a été la seule association venant en défense des utilisateurs de cigarette électronique à apporter des réponses, à accompagner et initier les acteurs de santé dès 2013.

Sans cette implication déterminée, elle n’aurait pas réussi à combattre l’éternel rapprochement avec les produits du tabac et pharmaceutiques.

Souvenons-nous qu’à l’origine, les autorités étaient tentées de remettre les produits du vapotage à l’industrie pharmaceutique. Si tel avait été le cas, leur encadrement aurait été beaucoup plus strict, enfermés dans un monopole qui aurait brisé leur essor et leur diversité.

A force d’explications et de ténacité, nous sommes parvenus à anéantir cette tentation mais c’était sans compter sur le Parlement européen qui, de son coté, ne démordait pas d’un classement en produit lié au tabac en raison de la présence de nicotine dans les e liquides.

Nous avons malheureusement gagné d’un côté mais en partie perdu de l’autre, même si l’échec était moins cuisant.

Il nous a fallu contenir les effets désastreux engendrés par ce classement inapproprié en produits connexes.

L’Aiduce a alors développé plus encore sa communication vis-à-vis du grand public pour que l’assimilation tabac-vape ne soit pas systématique.

En mettant à disposition des supports clairs et argumentés, elle a poursuivi son entreprise de vulgarisation d’un système électronique qui pouvait effrayer les fumeurs et se voyait régulièrement décrédibilisé.

Elle a également produit des articles et revues plus scientifiques à l’adresse des professionnels de santé pour que l’essor de la cigarette électronique ne soit pas entravé par son classement en produit du tabac.

Elle s’est également énormément investie dans l’étude des textes juridiques et normatifs, cherchant toujours à identifier les risques éventuels tout en contrant la désinformation.

Elle a participé dès leur origine à la mise en place de normes de qualité en maintenant en permanence un dialogue avec les autorités, prônant toujours la liberté de choix face à l’inflexibilité des institutions.

Je pense que les mesures liberticides et contraires au principe de précaution qui ont été mises en place malgré nos efforts ont déjà causé entre 5 000 et 15 000 morts prématurées. Certes, nous aurions pu faire mieux mais les pans de liberté gagnés et l’extraordinaire entraide citoyenne a pendant ce temps augmenté l’espérance de vie de 1 à 3 millions de Français, ce n’est pas rien.

Aujourd’hui, notre but est de maintenir un cap clair pour tout le monde.

Les produits du vapotage sont des produits de consommation courante qui doivent être encadrés comme tels avec les mêmes contraintes sanitaires et les mêmes droits pour les consommateurs.

Ils ne concernent pas spécifiquement les autorités sanitaires sauf pour leur promotion.

De quelle avancée l’Aiduce peut se satisfaire ?

L’Aiduce peut d’abord se satisfaire de l’impact majeur qu’a pu avoir l’union de tous les vapoteurs au travers de la pétition remise au Parlement Européen en 2013. Il est évident que cette pression a influé sur le vote pour finalement sortir l’e-cigarette d’un statut de produit médical qui imposait des normes drastiques comme les cartouches pré-remplies scellées d’1 ou 2ml et un grammage de 2 à 4mg/ml.

Si aujourd’hui les produits de la vape sont des produits de consommation courante en France, « connexes au tabac », ils n’en demeurent pas moins des produits accessibles et diversifiés sur lesquels nous pouvons encore nous prononcer et intervenir.

Nous sommes également heureux du soutien appuyé et essentiel des associations d’addictologie qui ont une approche ouverte de la réduction des risques et nous sollicitent pour faire entendre la voix des vapoteurs au monde médical.

Il est évident que les normes AFNOR que nous avons accompagnées et qui engendreront des labels de qualité sur le matériel, les liquides et les émissions tout en apportant des informations claires aux consommateurs sans être seulement techniques, ont contribué à la crédibilité des utilisateurs.

Ce travail collectif et responsable de vapoteurs motivés a été salué et est désormais cité en exemple même au-delà de nos frontières.

Car ils se sont battus à bien des niveaux, de la normalisation à la législation en passant par le sanitaire et la lutte contre le tabagisme. Au travers de l’Aiduce, la place des vapoteurs a toujours été au centre de toutes les discussions.

Au final, pour la première fois des fumeurs et des ex-fumeurs se sont unis pour changer de vie. En France, dans de nombreux pays et maintenant ensemble, au niveau international, avec INNCO,  » fédération  » internationale des associations de consommateurs de nicotine qui nous donne un statut d’observateur non gouvernemental et non commercial.

Dans les avancées plus générales et avec les efforts de tous, l’Aiduce peut également s’enorgueillir d’avoir contribué à la limitation de l’application des articles contre la vape de la Directive sur les Produits du Tabac en France.

Elle a inlassablement assuré la promotion de la cigarette électronique, ce qui a certainement accru le nombre de vapoteurs tout comme le nombre de boutiques.

Elle a aussi veillé à la disponibilité considérable des produits tout en se souciant de la qualité des liquides.

Toutes ces démarches ont finalement conduit à la sortie des produits du vapotage des articles de loi sur le tabac, l’exécutif et l’administration ayant été alors obligés de créer une catégorie spécifique pour la vape éliminant ainsi la jurisprudence  » tabac  » très particulière.

Quelle évolution pour la cigarette électronique ?

L’évolution du vapotage est très certainement tributaire du matériel.

Si son développement a été spectaculaire ces dernières années, il doit encore progresser dans la simplicité pour les débutants.

Ceci engendrera une nouvelle vague d’utilisateurs qui ne seront plus rebutés par l’aspect  » technique  » de ce dispositif électronique.

Le défi se pose donc pour les professionnels du secteur qui doivent adapter leurs produits à un marché de plus en plus exigeant autant au niveau sécuritaire qu’à son aspect pratique.

Mais je suis assez confiant dans ce domaine quand je songe que les acteurs historiques, novateurs et entrepreneurs, sont pour la plupart des vapoteurs expérimentés.

Le second défi à prévoir, qui va au-delà de l’instrumentalisation de certains  » scoop  » initiés par des adversaires historiques de la cigarette électronique, est l’émergence d’autres alternatives au tabac fumé – comme le tabac chauffé, le snus et autres dispositifs sans tabac – avec probablement un certain potentiel et peut-être de puissants sponsors, que l’Aiduce devra aborder avec intelligence et sang-froid.

Quels sont les espoirs de l’Aiduce pour l’avenir et de quelle façon sera-t’-elle impliquée ?

Le but est clair : l’avenir de la vape passe par son acceptation en tant que produit de consommation courante.

Cet avenir a besoin d’une association de consommateurs pour guider sur les produits, veiller sur la qualité, faciliter la rencontre des vapoteurs.

Le chemin sera long et sinueux. Encore et toujours des batailles – techniques, juridiques, sanitaires, de communication.

Mais aussi, faire connaître et reconnaître le citoyen vapoteur, trouver les bonnes options et utiliser les énergies de ce secteur pour renforcer nos droits et notre image dans les différentes communautés, dans la société.

Sur ce chemin qui a déjà commencé, il y a également l’international. Aider les autres associations de consommateurs, transposer nos exemples dans leur pays et montrer les conséquences douloureuses de certaines aberrations.

Sur ce chemin, il y a aussi Genève en Octobre 2018, lors de la conférence de l’OMS sur la convention cadre pour lutte anti-tabac qui, nous l’espérons, acceptera de recevoir les représentants des vapoteurs, sachant que la précédente s’est tenue à huis clos, tenant à distance les journalistes et des ONG citoyennes.

Dans un contexte où nous savons que l’OMS tente d’imposer dans ses traités internationaux des interdictions insensées, allant d’interdire purement et simplement la vente des produits du vapotage ou à minima cesser toute communication positive ou commerciale à son sujet, le défi sera grand.

Mais nous nous voulons optimistes en nous souvenant que l’INNCO est tout de même parvenue à peine après sa création à assurer une projection du film  » A Billion Lives  » en marge des réunions lors de la précédente conférence en Inde.

Enfin, l’avenir de l’Aiduce tient aussi au soutien de ses adhérents et leur volonté de voir une association venir en défense d’un simple dispositif électronique entré dans leur vie et leur ayant permis de se délivrer du tabac.

Ils ne le considèrent pas tel un moyen de sevrage tabagique mais comme une alternative choisie et préférée au tabac.

S’ils pensent que ce dispositif électronique est un produit de consommation courante devant être accessible à tous ceux qui voudront l’essayer, alors ils soutiendront notre combat.

Source : Arom Team

Publicités

2 réflexions sur “[Interview] Claude Bamberger, nouveau président de l’AIDUCE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s